work

Le télétravail  permet aux salariés d’exercer leur activité en dehors des locaux professionnels grâce aux nouvelles technologies. Il peut s’effectuer depuis le domicile, et même de manière nomade. Cette nouvelle façon de travailler a connu un énorme essor avec la pandémie liée au corona virus. Il s’avère que le télétravail, pour beaucoup, présente de nombreux avantages.

Edouard Philippe estime que « dans les entreprises, les gestes barrières et la distanciation sociale doivent passer d’abord lorsque c’est possible, par le maintien du télétravail » après le 11 mai 2020. «Beaucoup de nos concitoyens se sont mis (…) au télétravail, beaucoup peuvent le faire, beaucoup ont pu profiter de cette possibilité. Il va falloir que ce télétravail se poursuive dans toute la mesure du possible», a dit le premier ministre.

Le télétravail dans le monde avant le Covid-19 :

Grâce aux NTIC (nouvelles technologies de l’information et de la communication), le télétravail s’est développé partout dans le monde. Cependant son développement est très différent d’un pays à l’autre du fait de la diversité des définitions et des objectifs poursuivis par les politiques de déploiement du télétravail.

La notion de télétravail est apparue dans les années 1950 aux États-Unis avec les travaux de Norbert Wiener sur la cybernétique. À partir des années 1970, le télétravail est mieux connu grâce aux nouvelles perspectives ouvertes par la « télématique » et les « autoroutes de l’information ».  Depuis, le télétravail s’est développé partout, mais de façon variable , en France, il  a été choisi d’encadrer le télétravail dans le secteur public afin de soutenir son développement. On ne connait pas avec certitude le pourcentage de télétravailleurs en France. Ce chiffre variait entre 8 % et 17,7% selon les sources et les secteurs d’activité. Le taux moyen en matière de télétravail affiché par l’Europe etait d’environ 20% voire 30 à 35 % dans les pays du nord de l’Europe.

Une perception favorable du télétravail en cours d’évolution

Le télétravail est positivement perçu tant par les salariés que par les entreprises. Une enquête réalisée en 2012 montre que 90% de salariés considèrent que le télétravail améliore leur qualité de vie personnelle, 84% considèrent que le télétravail contribue à l’amélioration de la qualité de vie familiale, 77% considèrent que le télétravail augmente leur productivité, 81% d’entre eux jugent que le télétravail réduit le stress lié aux transports.  Toutefois, le télétravail se développe majoritairement dans les grandes entreprises et dans les entreprises actives dans le secteur des NTIC.

Le télétravail en France depuis le Covid-19 :

Depuis le passage au stade 3 de l’épidémie covid-19, la mise en œuvre du télétravail doit être impérative dès lors que  c’est possible pour permettre la continuité de l’activité de l’entreprise et pour garantir la protection des salariés. L’article L. 1222-11 du Code du travail mentionne le risque épidémique comme pouvant justifier le recours au télétravail sans l’accord du salarié. La mise en œuvre du télétravail dans ce cadre ne nécessite aucun formalisme particulier.

A ce jour, en cas de fermeture des établissements scolaires, le ministère du Travail estime que la solution à mettre prioritairement en place est le télétravail et ce n’est qu’à défaut que le salarié peut bénéficier d’un arrêt de travail indemnisé dans le cadre du dispositif ad hoc mis en place.

La ministre du Travail a rappelé toute l’importance que revêt le télétravail pour les employeurs comme pour les salariés, tout en reconnaissant que la productivité ne peut pas être la même lorsque le salarié assure la garde de ses enfants . Elle a demandé aux employeurs d’être compréhensifs et d’en tenir compte dans leurs relations avec leurs salariés.

Il appartient dès lors à l’employeur de faire face à cette situation exceptionnelle, de déterminer si l’option du télétravail est possible, et si ce n’est pas le cas de procéder à une déclaration d’arrêt de travail via le site declare.ameli.fr.

teletravail

Coronavirus et télétravail : 5 conseils pour mieux s’organiser

1. Bien choisir son lieu de travail

Idéalement, le télétravail se fait au domicile du salarié, dans une pièce isolée phoniquement et visuellement. Mais tous les salariés ne sont pas égaux sur le plan de l’aménagement de leur lieu de vie en lieu de travail , il faudra donc parfois ruser pour optimiser son espace de travail. N’hésitez pas a vous équiper d’un bon casque audio, il existe de nombreux modèles avec réducteur de bruit !

2. Structurer sa journée avec des temps de vie privée

Après plusieurs semaines de confinement, la nécessité de faciliter davantage l’articulation des temps de vie privée et professionnelle des collaborateurs est pointée comme une marge d’amélioration dans nombre d’entreprises. Cette dimension nécessite de questionner la façon dont l’activité et les temps de travail sont définis : existe-t-il des marges de manœuvre pour aménager les horaires de travail – et plus précisément les heures de contact avec les clients – pour tous les salariés en télétravail ou certains services ? Il s’agit dans le contexte actuel de proposer autant que possible des solutions adaptées aux problématiques personnelles de chacun des salariés. Affichez votre planning de la semaine et définissez clairement les temps ou vous êtes disponible pour votre famille .

3. Faire un audit de ses outils numériques

Si dans les entreprises qui pratiquent déjà le télétravail, les équipements nécessaires au travail à distance sont déjà accessibles, ce n’est pas toujours le cas pour les organisations qui ont déployé cette modalité en urgence. L’utilisation des moyens personnels – moyennant une prise en charge de l’entreprise – peut parfois être envisagée. L’essentiel est d’être à l’aise afin que cela devienne le plus fluide possible. Faites vous financer un ordinateur par votre entreprise si votre Pc est trop lent, ou passez à la fibre chez vous si votre connexion est trop lente.

4. La pause déjeuner

Beaucoup de gens n’aiment pas manger seuls. Au travail, on se retrouve entre collègues à la cantine, on parle boulot ou famille, etc. En télétravail, on peut éprouver un sentiment de solitude qui pousse à sauter les repas et s’adonner au grignotage. Outre l’aspect diététique évident, il faut savoir que la pause du midi permet de reposer le cerveau et de requinquer le corps. La zapper, c’est s’exposer à une perte d’efficacité et à une fatigue prématurée. Anticiper vos repas en faisant la liste des courses pour la semaine, et rendez ce moment agréable, en mangeant en famille, ou en visio avec des amis.

5. Travailler en équipe

Les coopérations, le soutien entre salariés ou encore la fluidité des relations entre manageurs et équipes sont des leviers importants pour favoriser un travail de qualité et de bonnes conditions de travail. Essayez de ne pas rester isolé, même si vous travaillez seul. Beaucoup de groupes Facebook pourront vous y aider.

Et demain ?

Dans une situation complexe et spécifique à la pandémie du coronavirus,  de nombreux salariés expérimentent aujourd’hui le télétravail à 100% et au domicile. Les enseignements qui pourront en être tirés seront utiles si demain vous souhaitez améliorer les pratiques de télétravail dans l’entreprise. Le télétravail « classique » etait jusqu’ici généralement limité à un nombre de jours (maximum de 2 à 3 jours par semaine recommandés),  la situation actuelle va surement faire évoluer au fur et à mesure la structure de télétravail .

Soyez heureux dans votre job », Great Place to Work, « Le bonheur au travail, tout le monde y gagne » : nous avons tous je pense été exposés à ces messages qui font du bien-être au travail une préoccupation de l’entreprise .

Il est clair que la philosophie innovante du management bienveillant viennent contredire les vieilles croyances et les idées reçues qui caractérisent les pratiques traditionnelles de management du capital humain. Or il est bien connu par les spécialistes de la psychologie organisationnelle que ce sont précisément ces éléments « mentaux » qui changent le plus lentement .

Les nouveaux paradigmes devraient intéresser à l’avenir les dirigeants les plus perspicaces et les plus intelligents. Il permet en effet d’apporter des réponses opérationnelles, ayant fait leurs preuves sur le terrain, . Mais il est clair qu’il oblige à de profondes remises en cause d’un ensemble de croyances, d’idées reçues et de principes de management qui sont encore fortement ancrés dans les mentalités, malgré leur inadéquation croissante dans le contexte actuel et a fortiori futur.

Une lueur d’espoir apparait dans la prise de conscience progressive de la nécessité de repenser en profondeur nos schémas de travail . Le chemin dans cette direction sera sans doute encore long mais les résultats n’en seront que bénéfiques pour tous.

 

%d blogueurs aiment cette page :