C’est la question que pose Tedi Asher dans un article publié sur le site de l’université de Harvard en Février 2017 (source : ici ). Tedi Asher est docteur en neurosciences, biologie et biomédecine diplomée de la même université.

L’entraînement du cerveau devient enfin réalisable avec les nouvelles technologies de l’information. Le Neurofeedback permet aux individus de changer la manière dont leur cerveau fonctionne en réagissant à un feedback sur sa propre activité.

Cette technologie est notamment utilisée dans le traitement de certains troubles neurologiques et psychiatrique comme pour les enfants atteints de trouble du déficit de l’attention avec ou sans hyperactivité (TDAH) qui ont de grosses difficultés à focaliser leur attention et à se concentrer.

Les études actuelles portent sur la possible utilisation du Neurofeedback pour aider les enfants à activer l’état « concentré » de leur cerveau.

Comment cela fonctionne ?

Le cerveau possède la capacité d’évoluer et de changer son mode de fonctionnement. Les études de ces dernières décennies sur le sujet s’accordent sur un point : le cerveau est « malléable ».

Le Neurofeedback va donc chercher à renvoyer des informations au cerveau qui vont lui permettre de s’auto-conditionner.

De manière trés simplifiée, le neurofeedback va associer des « punitions » aux activités cérbrales « indésirables ». Dans  le cadre de l’écoute d’un morceau musical par exemple, une activité cérebrale normale entrainera l’écoute en continue du morceau (récompense) alors qu’une activité non désirée (perte de la concentration par exemple) entrainera des micro-coupures du morceau qui seront perçues par le cerveau comme des punitions. Ce sytème de punition-récompense permet au cerveau de comprendre lui-même son propre fonctionnement et de l’ajuster au besoin.

Tania TROPPER – Happiness activator
1
bonjour
comment puis je vous aider ?
Powered by
%d blogueurs aiment cette page :